skip to Main Content
La Prévention De La Violence Sexuelle Commence Par L’enseignement

La prévention de la violence sexuelle commence par l’enseignement

La plupart des fillettes et des femmes en France (et ailleurs) reçoivent des conseils sur la prévention du viol :

  • ne jamais perdre de vue sa boisson en soirée
  • ne pas marcher seule la nuit
  • ne pas porter de tenues révélatrices ou de talons hauts
  • etc….

Nous vivons dans une société où la violence faite aux femmes (tant dans l’action que dans la parole) est répandue et, pour cette raison, il est raisonnable que ceux qui se soucient des femmes et des filles se préoccupent de leur sécurité.

Mais qu’enseigne-t-on aux hommes et aux garçons pendant que l’on donne des consignes de sécurité aux femmes et aux fillettes ?

Les recherches confirment que les parents parlent plus souvent de ces questions avec leurs filles qu’avec leurs fils et ont tendance à encadrer les conversations sur la réduction du risque d’agression.

Les données d’enquête ont même révélé une confusion généralisée (plus prononcée chez les hommes que chez les femmes) au sujet des simples notions de consentement et d’agression sexuelle.

Peu de gens reçoivent une éducation formelle sur l’un ou l’autre sujet, à l’école ou de la part des parents ; dans la mesure où les conversations sur la réduction des risques peuvent aider les filles à réfléchir à leur sécurité, elles sont finalement inefficaces quand il s’agit de prévention.

L’ampleur du problème

Selon les estimations nationales, 12% des femmes seraient victime de viol à un moment ou à un autre de leur vie (source : leparisien.fr).

Le pire c’est qu’elles en sont victime par des personnes issues de leurs fréquentations (violence physique, psychologique ou verbale de la part d’un partenaire).

Les données démontrent que les “attitudes sexistes, patriarcales et/ou sexistes hostiles sur le plan sexuel ” sont des prédicteurs de la violence faite aux femmes.

La tolérance sociétale (et même l’adhésion à ces attitudes) est connue sous le nom de culture du viol.

On ne parle même pas des U.S où l’élection de Donald Trump, qui a rejeté ses commentaires désobligeants sur les femmes en les qualifiant de “discours de vestiaires”, est un excellent exemple de l’acceptation généralisée de ces attitudes par notre culture.

Cette attitude se reflète également dans le fait que les agresseurs et les violeurs font souvent face à des conséquences minimes… malgré les preuves parfois indiscutables (témoins oculaires, des témoignages de la victime, etc).

Que faut-il faire ?

Bien que peu de recherches aient évalué l’efficacité des approches éducatives pour réduire la violence à l’égard des femmes, il existe actuellement dans la pratique des stratégies de prévention primaire fondées sur des théories prometteuses qui mettent l’accent sur le rôle des normes conventionnelles de genre dans la perpétration des violences sexuelles.

Aux États Unis, certains programmes de coaching sont dispensés par des entraîneurs d’école secondaire à des athlètes masculins,mis en place à la suite de preuves que la violence dans les fréquentations est généralement perpétrée par de jeunes hommes qui ont des attitudes négatives envers les femmes et qui encouragent la violence.

Comparativement aux athlètes qui n’ont pas participé au programme, ceux qui ont été affectés à cette intervention étaient plus aptes à reconnaître les comportements abusifs et plus susceptibles d’intervenir lorsqu’ils le faisaient.

On connait aussi le programme H, qui relève de l’intervention en Inde, au Brésil, en Namibie et dans les Balkans qui s’est traduite (dans tous les domaines) par un soutien accru en faveur de normes plus équitables entre les sexes et par une réduction des risques pour la santé, comme le risque de transmission du VIH ou de violence sexuelle.

Voici ce que l’on pourrait commencer par enseigner aux petits garçons :

  1. Le harcèlement, sous quelques formes que ce soit est mauvais. Les commentaires non désirés au sujet du corps d’une personne ne sont pas drôles et ne sont certainement pas des compliments. Ils peuvent amener la personne à se sentir menacée et il a été démontré que cela mène à l’anxiété.
  2. Le consentement signifie qu’une personne peut librement choisir de se livrer ou non à une activité sexuelle et peut y mettre fin à tout moment. De plus, il est illégal d’avoir des relations sexuelles avec un mineur. Enfin, une personne, quel que soit son âge, ne peut donner son consentement si elle est intoxiquée, endormie ou handicapée mentale. Si une personne ne connaît pas les limites du consentement, il se peut qu’il ne comprenne pas qu’il est en train de commettre le viol.
  3. Oui, c’est oui. Lorsque vous déterminez si quelqu’un veut avoir des relations sexuelles avec vous, recherchez un oui ferme, et non l’absence d’un non. Personne ne devrait avoir à faire pression sur quelqu’un d’autre pour le convaincre de faire l’amour. Bien que ce ne soit pas obligatoirement un viol, c’est un comportement contraire à l’éthique.
  4. Personne n’a le droit au sexe, y compris le conjoint, le petit ami ou la petite amie. On ne “gagne” pas une partie de sexe en étant un “gentil garçon” ou en dépensant de l’argent pour un rendez-vous. Le sexe est une décision mutuelle que les deux parties prennent sur une base continue.
  5. L’alcool obscurcit le jugement et diminue les inhibitions. Il interfère également avec une communication claire, et il se peut donc que vous ne lisiez pas correctement la communication non verbale ou que vous n’entendiez pas clairement le “non” d’une personne lorsque vous êtes ivre. La consommation d’alcool et d’autres drogues peut vous conduire à une décision que vous regrettez profondément.
  6. Certains garçons harcèlent les filles ou font des blagues pour impressionner leurs amis. La plupart des spectateurs ont choisi de rester silencieux au lieu de faire face à un mauvais comportement parce qu’il peut être difficile d’aller à l’encontre du groupe. Haussez la voix !

L’éducation à elle seule n’est en aucun cas une panacée, mais c’est sans aucun doute un bon début. Certains violeurs sont des sociopathes qui n’ont absolument aucun respect pour les autres êtres humains.

Ainsi, aucun moyen d’éducation ne dissuadera en fin de compte ces personnes de harceler ou de violer une autre personne. Cependant, pour certains (et j’irais même jusqu’à dire pour beaucoup), l’éducation les incitera à réfléchir avant d’agir de manière destructive, avant de violer quelqu’un.

Cette éducation, comme toute bonne prévention, devrait commencer tôt et se faire souvent.

Elle devrait aller au-delà de ce que les filles peuvent faire pour éviter d’être victimes, aux attitudes des garçons à l’égard des femmes et de la masculinité, et aux actions que les hommes peuvent entreprendre pour promouvoir le respect mutuel et l’égalitarisme.

Sources :