courir seule
Sécurité

Courir seule, oui, mais en sécurité !

Lorsque vous courez seul, il est important de prendre des précautions de sécurité et d’avoir aussi beaucoup de stratégies pour vaincre l’ennui.

Des agressions commises sur des runneuses, il y en a malheureusement beaucoup dans les faits divers à travers le globe et à toute heure de la journée ! Une enquête menée par Runner’s World révèle que 43 % des femmes se disent victimes de harcèlement durant leurs séances de footing !

Devez-vous pour autant vous stopper et ne plus vous entraîner ?

Non.

Même si ces cas restent minoritaires, il convient de prendre quelques mesures de précautions : éviter les lieux mal éclairés est une évidence, autant que d’essayer autant que possible de ne pas être seule.

Modifier ses itinéraires et ses horaires d’entraînement peut également aider à quelqu’un de vous traquer.

Enfin, certaines joggeuses sortent avec une arme telle qu’une bombe lacrymogène. Il est cependant important de garder à l’esprit que toute arme peut se retourner contre soi, il faut donc être certaine de savoir comment s’en servir.

Voici d’autres conseils à appliquer.

1) Parlez-vous

Si vous courez seul et que vous vous débattez, donnez-vous un discours d’encouragement. Dites-vous que vous n’êtes pas fatigué physiquement, que vous êtes simplement fatigué mentalement et que vous pouvez vous en sortir. Dis-toi : “J’aurai de l’eau dans cinq minutes, ça me fera du bien.” Vous voudrez peut-être continuer à répéter un mantra, comme “Pensez fort ! Sois fort !” Si vous faites votre plus longue course à pied, rappelez-vous à quel point vous serez fier quand vous aurez terminé.
Plus d’informations : Stratégies mentales à long terme

2) Dites toujours à quelqu’un où vous courez.

Avant de partir pour votre course, assurez-vous d’informer quelqu’un d’autre de l’endroit où vous courez. Dites-leur également combien de temps environ vous allez courir.

3) Courrez sur des routes très fréquentés.

Courir seul n’est pas le moment d’essayer un nouveau parcours de course à pied qui ne vous est pas familier. Tenez-vous-en à vos points de course éprouvés, afin de ne pas avoir à vous inquiéter de vous perdre ou de risquer de vous mettre dans une situation dangereuse. Choisissez un itinéraire sûr, où vous savez qu’il y aura beaucoup de monde autour de vous.

4) Portez sur vous un moyen d’identification

Mettez votre permis de conduire et votre carte d’assurance maladie (en cas de blessure) dans votre poche ou portez une étiquette d’identification sur vos chaussures. Si vous portez une étiquette ou un bracelet d’identification, assurez-vous qu’il y a un numéro de téléphone à composer en cas d’urgence. Dans la mesure du possible, essayez de courir avec votre téléphone cellulaire et enregistrez vos numéros ICE (en cas d’urgence).

5) Soyez bien visible.

Il est facile de rater un seul coureur sur la route, alors assurez-vous d’être visible. Si vous courez tôt le matin ou le soir, même au crépuscule, portez des vêtements blancs, jaunes, oranges ou autres de couleur vive. De plus, assurez-vous que vous portez des vêtements réfléchissants. Bien que certains articles (chaussures de course, vestes) aient déjà des pièces réfléchissantes, cela ne fait pas de mal d’en ajouter d’autres.

Certains coureurs courent aussi avec une petite lampe de poche pour s’assurer qu’ils sont vus par les véhicules venant en sens inverse.

6) Utilisez des stratégies pour combattre l’ennui.

Courir seul peut être beaucoup plus difficile mentalement que de courir avec des copains. Essayez certaines de ces idées pour mélanger les choses :

Essayez de faire une séance d’entraînement amusante à intervalles réguliers. Choisissez un repère au loin, comme un arbre ou un panneau d’arrêt, et accélérez le pas jusqu’à ce que vous l’atteigniez. Après avoir récupéré pendant une minute ou deux, choisissez un autre point de repère et accélérez à nouveau.

Écoutez de la musique ou des livres audio. Veillez simplement à laisser un écouteur à l’extérieur ou à maintenir le volume suffisamment bas pour que vous puissiez entendre tout ce qui se passe autour de vous.
Jouez à des jeux mentaux dans votre tête pour garder votre esprit occupé. Ou essayez ces moyens de vous distraire en courant.

7) Faites un entraînement ciblé.

Courir en solo est une bonne occasion de faire un entraînement qui est très spécifique à votre rythme et à vos objectifs de course. Alors, profitez-en et faites un entraînement sur piste spécifique ou un entraînement de vitesse où vous essayez d’atteindre certains rythmes. Vous pouvez faire ce que vous voulez sans avoir à vous soucier d’accélérer ou de ralentir pour vos partenaires de course.

harcèlement sexuel travail
Harcèlement

Reconnaitre le harcèlement sexuel et lutter contre ?

Le Code de bonne pratique sur le traitement du harcèlement sexuel sur le lieu de travail, 2015 (“le Code”) définit le harcèlement sexuel comme suit :

…tout comportement non désiré, de nature sexuelle, physique, verbal ou non verbal. La conduite doit porter atteinte à la dignité de la personne concernée ou créer un environnement négatif ou hostile. Le harcèlement sexuel est pertinent dans un lieu de travail si l’octroi de faveurs sexuelles devient une condition d’emploi, ou si le refus de le faire affecte les décisions en matière d’emploi, ou s’il affecte de manière déraisonnable le travail des employés ou crée un environnement hostile.

Les chiffres clés issus de cette enquête sur le harcèlement sexuel

  • 20% des femmes sont confrontées à une situation de harcèlement sexuel au cours de leur vie professionnelle (dont 30% sont des cadres supérieures.
  • 35% des femmes actives victimes travaillent dans des environnements majoritairement composés d’hommes (quand 86% des femmes travaillant dans un environnement majoritairement composé de femmes n’ont jamais été confrontées au harcèlement sexuel)
  • 20% des personnes déclarent connaître au moins une personne ayant été victime de harcèlement sexuel dans le cadre de son travail.
  • près de 30% des victimes de harcèlement n’en parlent à personne et moins de 25% en font part à leurs employeurs
  • 82% des employeurs n’ont pas mis en place d’actions de prévention contre le harcèlement sexuel (accord d’entreprise, procédure d’alerte, actions de formation et d’information…)

Quelles sont les différentes formes de harcèlement sexuel ?

Le harcèlement sexuel peut comprendre un comportement physique, verbal ou non verbal importun, mais il n’est pas limité à : Un patron se tenant debout et posant sa main sur le bras de la secrétaire pendant qu’elle regarde sa main.

Comportement physique de nature sexuelle qui comprend tout contact physique non désiré :

  • allant du toucher,
  • à l’agression sexuelle et au viol, et
  • comprend une fouille à nu par ou en présence du sexe opposé.

Les formes verbales de harcèlement sexuel, y compris le ;

  • des insinuations importunes,
  • suggestions et conseils,
  • des avances sexuelles,
  • des commentaires à connotation sexuelle,
  • blagues ou insultes à caractère sexuel,
  • ou des commentaires graphiques importuns sur le corps d’une personne, faits en sa présence ou dirigés contre elle,
  • les demandes de renseignements importunes et inappropriées au sujet de la vie sexuelle d’une personne, et
  • sifflement malvenu d’une personne ou d’un groupe de personnes.

Les formes non verbales de harcèlement sexuel, y compris le ;

  • des gestes importuns,
  • attentat à la pudeur, et
  • l’affichage malvenu d’images et d’objets sexuellement explicites.

Il y a harcèlement en contrepartie lorsqu’un propriétaire, un employeur, un superviseur, un membre de la direction ou un co-employé entreprend ou tente d’influencer le processus d’emploi, de promotion, de formation, de discipline, de congédiement, d’augmentation de salaire ou d’autres avantages d’un employé ou d’un candidat, en échange de faveurs sexuelles.

Qu’est ce que le favoritisme sexuel ?

Il y a favoritisme sexuel lorsqu’une personne en position d’autorité ne récompense que ceux qui répondent à ses avances sexuelles, alors que d’autres employés méritants qui ne se soumettent pas à des avances sexuelles se voient refuser une promotion, une cote de mérite ou une augmentation salariale.

Si vous êtes au courant d’incidents de harcèlement sexuel sur votre lieu de travail, vous pouvez jouer un rôle majeur en :

  • porter la gravité du harcèlement à l’attention de la direction ou de votre unité des ressources humaines (RH),
  • contribuer à la formulation et à la mise en œuvre de politiques appropriées, et
  • aider les victimes à faire face aux conséquences du harcèlement.

Comment créer un environnement de travail sécuritaire ?

De nombreuses mesures pratiques peuvent être prises, dans le cadre d’un programme intégré, pour lutter contre le harcèlement :

1) Une politique claire de la direction

La direction doit élaborer une définition claire du harcèlement sexuel et une politique en la matière.
Les personnes concernées devraient également contribuer à faire connaître la nécessité de telles politiques.

2) Prise de conscience du problème, de ses propres droits et de ceux d’autrui

Les gestionnaires et tous les employés (hommes et femmes) doivent prendre conscience des problèmes inhérents au harcèlement et savoir comment y faire face.

Si une politique claire existe et qu’elle est bien promue, la personne harcelée et la personne qui envisage de harceler quelqu’un sauront quels sont ses droits – ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas – et où elle peut déposer une plainte.

3) Plaintes et procédure disciplinaire

Il doit y avoir des directives claires sur le signalement et les procédures disciplinaires en cas de harcèlement, et celles-ci doivent être communiquées à tous les membres du personnel.

Les membres appropriés du personnel peuvent être choisis, nommés et formés en tant qu’agents chargés des plaintes et habilités à prendre des mesures disciplinaires si nécessaire.

Dans les grandes entreprises, des conseillers peuvent être nommés et formés pour apporter un soutien et donner des conseils au personnel qui est victime de harcèlement sexuel ou pour conseiller les auteurs de harcèlement si nécessaire. Il peut s’agir des mêmes personnes que les agents des plaintes, et ils peuvent aussi sensibiliser et former les gestionnaires et les superviseurs à la mise en œuvre de la politique.

4) Éducation

Les employeurs devraient inclure la question du harcèlement sexuel dans leurs programmes d’orientation, de formation et d’éducation des employés.

5) Confidentialité

Les griefs concernant le harcèlement sexuel doivent être traités de façon confidentielle à l’égard des deux parties :

  • Seules les parties appropriées (direction appropriée, les parties lésées et leurs représentants, l’auteur présumé et leurs représentants, les témoins et un interprète si nécessaire) peuvent être présentes dans les enquêtes disciplinaires.
  • Il faut veiller à ce que l’une ou l’autre partie (ou son représentant) reçoive les informations nécessaires pour se préparer à toute procédure prévue par le Code national de bonne conduite en matière de harcèlement sexuel.

6) Autres mesures de soutien

La formation sur la confiance en soi et le développement d’une saine estime de soi aideront les employés à composer avec les harceleurs.

Un programme efficace d’équité en matière d’emploi, qui assure des cheminements de carrière bien planifiés pour tous – fondés sur le mérite, tout en garantissant que les personnes défavorisées dans le passé obtiennent un traitement équitable – réduira la vulnérabilité des individus au harcèlement par des personnes qui abusent de leur pouvoir et autorité.

Une culture d’entreprise positive, dans laquelle les droits et la dignité de tous les membres du personnel sont respectés, et un exemple positif est donné par la direction, contribuera grandement à créer un environnement sain dans lequel le harcèlement sexuel ne peut prospérer.

Que faire si vous êtes victime de harcèlement sexuel au travail ?

harcèlement sexuel que faire

Soyez clair et ferme.

Si la personne qui vous harcèle se fait dire la première fois que vous ne l’approuvez pas et que vous ne trouvez pas cela drôle, elle pourrait se retirer. Soyez poli, mais ferme, et ne riez pas. Cela pourrait être interprété comme un type de consentement tacite.

Parlez-en aux autres.

Ne vous taisez pas, cela ne fera que vous rendre plus vulnérable. Les harceleurs aiment isoler leurs victimes – physiquement et socialement. Si vous dites aux autres ce qui se passe, vous pourriez aussi découvrir que vous n’êtes pas le seul à vivre de telles situations. Si plus d’une personne dépose une plainte, cela renforce considérablement les arguments contre le harceleur.

Ne doutez pas de vous.

Les harceleurs essaient souvent de faire passer quelque chose pour une blague, mais si c’est continuellement à vos dépens ou si cela porte atteinte à votre dignité, vous êtes victime de harcèlement. Ne laissez pas les harceleurs vous faire douter de votre observation, de ce que vous ressentez à cause de leurs actions ou de votre réaction excessive.

La sécurité par le nombre.

Assurez-vous de ne pas être seul avec cette personne derrière des portes closes. Emmenez un collègue avec vous si vous vous sentez menacé et insistez pour que les portes restent ouvertes si vous devez assister à une réunion. Assurez-vous que quelqu’un sait où vous êtes à tout moment.

Signalez le problème.

Suivez la procédure de dépôt d’une plainte – et gardez un registre de toute la correspondance à cet égard. Si une plainte a été déposée et que vos employeurs continuent d’ignorer la situation et ne prennent aucune mesure, ils pourraient être tenus responsables des réclamations en dommages-intérêts.

Tenir des registres.

Si vous voulez porter des accusations, il est beaucoup plus convaincant de pouvoir donner les noms, les dates, les lieux et les noms des témoins possibles que lorsque les accusations ne sont pas prouvées. Quiconque a été témoin d’un de ces événements peut être appelé à témoigner s’il y a une audience disciplinaire.

Code de bonnes pratiques sur le harcèlement sexuel et législations

Le Code national encourage et favorise l’élaboration et la mise en œuvre de politiques et de procédures qui mèneront à la création de milieux de travail exempts de harcèlement sexuel, où les employeurs et les employés respectent l’intégrité et la dignité de chacun, leur vie privée et leur droit à l’équité au travail.

Bien que ce Code ne soit pas juridiquement contraignant, il fournit des conseils utiles sur la façon dont un employeur doit traiter les allégations de harcèlement sexuel et encourage l’élaboration et la mise en œuvre de politiques et procédures visant à prévenir la discrimination sexuelle. Le harcèlement d’un travailleur est une forme de discrimination injuste. Le harcèlement sexuel est également interdit par la loi no 17 de 2011 sur la protection contre le harcèlement.

La Loi sur l’équité en matière d’emploi (Employment Equity Act (EAA) No. 55 de 1998 prévoit que s’il est allégué qu’un travailleur a enfreint une disposition de la LEE en harcelant, par exemple, un autre travailleur et que l’employeur ne prend pas les mesures nécessaires pour répondre aux allégations de harcèlement sexuel, l’employeur est également réputé avoir enfreint la Loi. Le paragraphe 60(3) de l’article 60 de la LEE tient un employeur indirectement responsable du comportement illégal et discriminatoire de ses travailleurs.